Balade en VTT


Laurence et les trois lascars

 

On ne s’en rend pas forcément compte mais organiser une sortie vélo lorsqu’on réside dans une zone urbaine n’est pas une mince affaire. Il ne suffit pas de mettre la laisse au chien, enfourcher son vélo et hop c’est parti pour une balade. Que nenni ! La voiture est indispensable. De plus, il est préférable de savoir où l’on veut aller. Il est donc préférable de bien connaitre le secteur dans lequel on réside. Sachant qu’il faut placer environ 10 km de parcours. On doit prévoir un circuit en boucle permettant de revenir à son point départ, ou d’opter pour un trajet en aller-retour. Les chiens étant laisser en liberté, inutile de sélectionner un sentier trop fréquenté afin d’éviter de se prendre des blâmes.

Il va de soit qu’il faut inviter les chiens à monter en voiture. Reste à équiper la voiture du porte-vélos, puis de placer les engins sur celui-ci. Enfin il est plus que nécessaire de vérifier que l’ensemble est correctement arrimé afin d’éviter toutes déconvenues sur le parcours routier. Arrivé à destination, il faut procéder à l’opération inverse. Descendre les vélos de leur perchoir et désinstaller le porte-vélos au risque de le voir disparaître durant la balade. C’est triste à dire, mais rien n’est plus sûr de nos jours.

Et c’est parti pour une dizaine de kilomètres de balade. Il est intéressant de noter l’attitude des chiens. Au début ils naviguent de gauche à droite, n’hésitant pas à couper la trajectoire des VTT. Puis progressivement ils se stabilisent dans une trajectoire rectiligne pour se calquer sur le rythme qu’on leur impose.

Nos pérégrinations en VTT nous conduisent la plupart du temps à fréquenter le chemin de halage qui borde le canal du Rhône au Rhin. Ce dernier emprunte une longue section qui traverse la forêt de la Hardt, traversant la ville de Rixheim et les villages de Hombourg, Petit-Landau et de Niffer. L’une des rives a été équipée en piste cyclable, permettant aux sportifs et aux familles de s’adonner à la pratique du vélo, du roller ou tout simplement à la marche. L’autre rive, celle que nous utilisons, est restée plus sauvage et donc moins fréquentée. Tout en progressant dans notre balade nous pouvons observer la faune (hérons cendrés, cygnes, canards et autres poules d’eau). Il y règne un certain calme, une certaine sérénité, rythmée par le bruit des pneus crépitant sur les cailloux. 

On peut garder à l’esprit que cette activité est à la fois bénéfique pour l’homme, car cela lui permet de faire un petit peu de sport et ainsi de rester en bonne santé, et aux chiens qui peuvent ainsi développer leur endurance. Le Berger allemand aimant plus que tout partir à l’aventure avec son maître, adore ce type de sortie. Il suffit pour s’en rendre compte de voir le bazar qu’il fait quand il prend conscience des préparatifs…


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s